UNE NOUVEAUTÉ EN 2009 POUR LE PROJET GOÉLANDS: LE SCARE CANON

goelands3En juin 2009, l’APLA s’est dotée de la toute dernière technologie en matière d’effarouchement des goélands : le canon à détonations successives ou le Scare Canon. Ce nouvel appareil émet de fortes détonations successives entre 16h00 et 19h00 afin d’effrayer les goélands qui viennent nicher, et donc faire leurs besoins riches en phosphores, dans le lac de l’Achigan. Le Scare Canon vient complémenter les autres radeaux « Imites-rapaces » déjà sur le lac et les tirs de fusées par M. Georges Raymond, directeur de l’APLA.

Rappelons que l`APLA a décidé en 2007 de prendre les grands moyens pour lutter contre les goélands qui polluaient notre lac par leurs déjections riches en phosphores. En effet, nous avons installé quatre dispositifs d`effarouchement pour chasser ces indésirables. Cette population dont le nombre approchait entre 5,000 et 7,000 goélands par soir au plus fort de la saison, soit à la mi-août début septembre, provient à l`origine des îles du St-Laurent, mais est attirée dans la région par le site d`enfouissement de Waste Management, à Ste Sophie. Après s`y être nourris dans les ordures, les goélands viennent digérer et coucher au lac l`Achigan, la plus vaste étendue d`eau à proximité de leur `McDo`. Selon les données, les fientes des goélands génèrent chaque été quelque 200 kilos de phosphore dans l`eau du lac. Ceci correspond à un nombre de 250 humains qui y déverseraient leurs égoux à longueur d`année. Il faut se rappeler que le phosphore est l`une des causes de la prolifération de la cyanobactéries (algues bleues-vert).

goelandsLe projet a débuté à la mi-mai 2007 et se poursuit encore à ce jour. Nous dressons un constat très positif de notre travail dans la lutte contre les goélands et les statistiques 2008 nous donnent raison : leur nombre a diminué considérablement depuis la mise en place du plan d’action de l’APLA.